L’internat à Tours

Référents des internes :

Association Tourangelle des Internes de Pédiatrie ([email protected]), Yannis Chartier.

Référent du DES :
Pr Régis Hankard (Equipe mobile de Nutrition pédiatrique).

Nb d’internes par promotion : 8 (+/- 1 CESP).

Maquette de l’internat de pédiatrie à Tours

Comme pour toutes les spécialités il y a une phase socle de un an, une phase d’approfondissement de 3 ans et une phase de consolidation d’un an (5 ans au total).

La réforme a été respectée dès la rentrée 2018.

Phase socle : contient un stage de pédiatrie générale, un stage de néonatologie et/ ou un stage aux urgences pédiatrique au moins un stage au CHU.

La moitié de vos stages sur chaque phase, au moins, devront s’effectuer au CHU.

Phase Socle

Vous avez accès aux stages suivant (les stages à Tours et Orléans sont prioritaires par rapport aux autres périph pour vous)

  • Pédiatrie générale au CHU : 1 postes – gardes aux urgences.
  • Neurologie pédiatrique au CHU : 1 poste – gardes aux urgences
  • Pédiatrie générale à Orléans : 2 postes – gardes aux urgences
  • Néonatalogie – maternité niveau III au CHU : 2 postes
  • Néonatalogie à Orléans – maternité niveau III : 2 postes

 

  • Pédiatrie générale à Montargis, Blois, Chartres et Bourges : 1 poste chacun (dans ces 4 services on a accès à la salle de naissance, et au service de néonatalogie – sans que ça valide la néonatalogie, mais souvent on aime bien la salle de naissance) – gardes aux urgences.

 

Phase d’approfondissement

Vous avez accès aux stages suivant :

  • Pédiatrie générale au CHU
  • Gastro-entérologie pédiatrique
  • Neurologie pédiatrique
  • Soins de suite et de réadaptations + CAMSP
  • Onco-hématologie pédiatrique
  • Réanimation pédiatrique
  • Réanimation néonatale et néonatalogie
  • Pédiatrie générale en périphérie : Montargis, Blois, Bourges, Chartres, Dreux, Châteauroux
  • Possibilité de faire des stages au CHU en : équipe mobile de nutrition, immuno-allergologie, génétique clinique, cardiologie pédiatrique (USIC), néphrologie pédiatrique (HDJ), chirurgie (neuro, orl, viscérale).
  • Libéral à Tours et Orléans

Il y a deux listes de gardes, partagées entre tous : urgences et salle de naissance + réanimation néonatale.

Formation théorique :

 

Nous avons de la chance d’appartenir au « Grand Ouest » ou l’on peut avoir des cours de DES en commun (Angers, Tours, Nantes, Rennes et Brest) une fois/mois sauf juillet-août par visioconférence ou déplacement dans les villes.

 

A Tours :

=> Formation à la réanimation en salle de naissance, organisée en collaboration avec le « Réseau Périnat Centre », pour tous les internes

  • Centre de simulation pour travailler les situations d’urgences sur mannequin organisé principalement par nos réanimateurs, et simulation à la consultation d’annonce.

Dans la plupart des périph il y environ un cours par mois, parfois plus.
Formation universitaire : plusieurs PU de pédiatrie, possibilité et encouragement à faire des master 2 (ou finir son M1 le cas échéant).

Formation pratique :

On apprend énormément en stage et en garde. On est très bien encadrés en journée dans la plupart des services. En garde, l’intégralité des gardes sont seniorisées depuis 2017 (sur pression des internes).

De toute façon, quand on a besoin d’aide, la règle d’or est de ne jamais hésiter à appeler un senior.

Possiblité de partir en interCHU, et en interHUGO (= système d’échange d’internes avec le Grand Ouest)

Les astreintes/gardes/horaires en général

En périphérie, il y a au minimum 5 gardes aux urgences pédiatriques /mois, sauf à Bourges où les internes de pédiatrie font des gardes aux urgences générales.

Au CHU : 2 gardes/ mois aux urgences, 5-6/mois en réa.

A Tours, Orléans et Blois, le rythme des astreintes est d’environ un week-end sur deux (samedi et dimanche).

Les horaires sont très variables en pédiatrie en fonction des saisons : en gros c’est 8h30-9h à 19h30-20h l’hiver, et plutôt 8h30-18h30 l’été.

Des modifications d’organisation sont en cours pour s’accorder avec les 48 heures, mais tous les services n’y songent pas vraiment… Affaire à suivre !

Les perspectives pour le post-internat
Il y a sur le CHU :
- 2 postes de chef de clinique assistant (CCA) en pédiatrie générale (1 an sur 2)
- 1 poste d’assistant partagé Tours/Orléans en neurologie pédiatrique (1 an sur 2)
- 1 poste de CCA a Tours en neuropédiatrie (1 an sur 2)
- 1 à 2 poste d’assistant partagé Tours/Orléans en allergo mixte adulte et pédiatrique.
- 2 postes de CCA en néonat/réa néonat (1 par an)
- 1 poste d’assistant en oncologie hématologie pédiatrique (1 an sur 2)
- Postes de CCA et d’assistant en réanimation pédiatrique et en néonatalogie

Mais attention, avoir un clinicat ne signifie pas qu’on aura forcément un poste de PH par la suite : les places au CHU sont rares et chères. De plus en plus souvent, les postes de CCA sont remplacés par des postes d’assistants.
Sur la région Centre en général, des postes d’assistants entièrement sur un CH (Orléans +++) ou partagés (CHU/CH) sont en voie d’être créés (temps partagé entre le CHU et un hôpital de périphérie). Et si veux faire une carrière hospitalière dans un CH de la région, tu seras a priori toujours accueilli(e) à bras ouverts.

Il est également très facile de s’installer en ville, partout en région Centre où les pédiatres sont globalement peu nombreux, et très sollicités. C’est d’autant plus vrai qu’un certain nombre d’entre eux partira à la retraite dans les années à venir.

Faire un Inter-CHU

Pour les interCHU ce n'est pas si facile mais c'est ainsi dans beaucoup de villes. C’est un système avec une grille de points qui classe les internes présentant une demande de stage interCHU et c'est assez sévère. Globalement il ne faut pas y compter avant d'être en dernière année. De plus pour obtenir le nombre de points suffisants, mais qui ne tente rien n'a rien ! On pourra vous donner la grille si cela vous intéresse.

La particularité de la région Grand Ouest (Rennes Brest Tours Nantes Angers) est de pouvoir faire des "échanges HUGO (Hôpitaux Universitaires du Grand Ouest). C'est l'échange entre 2 internes de 2 CHU différents, un échange poste pour poste, donc tu as le rang de classement de celui avec lequel tu échanges. La procédure est différente de celles des interCHU. Cela permet de s'ouvrir à d'autres stages qui n'existent pas à Tours (cf endocronologie pédiatrique), et la seule condition est d’avoir quelqu’un avec qui échanger (pas de grille de points)

La ville
La ville de Tours est une ville de 130 000 habitants, dont pas mal d’étudiants, agréable à vivre, vivante sur le plan culturel et particulièrement sympathique l’été lorsque fleurissent les guinguettes en bord de Loire et les festivals de musique (Terre du Son, Fêtes Musicales en Touraine…). A proximité, toute la vallée de la Loire avec les châteaux, les vignobles, etc.
Le mieux est que tu viennes y faire un tour si tu es vraiment intéressée, et/ou que tu demandes leur avis à plusieurs personnes (si tu en connais qui habitent Tours). Il est plus prudent de prendre des avis multiples pour un choix aussi important que celui de ta ville.

L’ambiance
L’ambiance est globalement bonne au CHU comme dans les hôpitaux de périphérie, tant entre les internes qu’avec les équipes soignantes et les chefs.

Pour conclure

Il est important de choisir ta ville en fonction de ton rang dans ta spécialité et dans ta ville : il est toujours plus difficile de valider sa maquette et de faire des stages intéressants quand on est le dernier de la promo à choisir.

L'internat de pédiatrie est fatigant mais c'est une spécialité géniale.

C'est une spécialité qui laisse la place à l'intuition, qui nécessite un bon sens de l'observation et une certaine finesse sémiologique, une dose d'initiative et beaucoup d'ingéniosité (indispensable quand l'enfant refuse de se laisser examiner).

Et le contact avec les enfants (plus léger qu'avec les adultes) fait que parfois on a un peu moins l'impression d'être au travail.

Tiens-nous au courant si tu viens à Tours, et n'hésite pas à nous contacter si tu as d'autres questions. Et surtout préviens nous si tu choisis Tours pour faire ton internat afin qu’on te tienne au courant des réunions d’accueil.

A bientôt,

L’ATIP